Actualités

Le Pavillon Jacques Saint-Gelais Tremblay du MACBSP

Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul rend hommage à Jacques Saint-Gelais Tremblay en donnant à l’École Thomas-Tremblay le nom de celui qui a mené à terme l’acquisition et l’embellissement de ce nouveau pavillon, grâce entres autres, aux mécènes qu’il a su rassembler.

Né il y a soixante-huit ans dans l’arrière-pays de Baie-Saint-Paul, Jacques Saint-Gelais Tremblay est l’un des protagonistes incontournables du développement culturel de Charlevoix. Personnage au parcours atypique, il se qualifie lui-même de « décrocheur ».

En 1967, à titre d’animateur culturel, il contribue à la mise sur pied d’une boîte à chanson dans le cadre du Festival folklorique de Baie-Saint-Paul et devient le premier permanent culturel de Charlevoix à titre de directeur du nouveau centre culturel.

Après ces initiatives, il quitte Baie-Saint-Paul en 1975. Il œuvre en politique, puis devient tour à tour commissaire aux libérations conditionnelles et directeur de l’Institut de Conciergerie Internationale de Paris. C’est à Paris que débute son apprentissage de l’art contemporain et qu’il en a la piqûre définitive.

En 2006, à la demande du ministère de la Culture, Jacques revient à Baie-Saint-Paul pour une période de six mois pour assumer l’intérim de la direction du Centre d’exposition qui traverse alors une difficile période de transition. Les six mois se transforment en treize années à la direction générale du MACBSP. Sous sa gouverne, le Centre d’exposition de Baie-Saint-Paul obtient l’accréditation du Gouvernement du Québec et devint le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul (MACBSP). Jacques Saint-Gelais Tremblay souhaite refonder l’institution créée par Françoise Labbé et lui donner un élan vers l’avenir en s’appuyant sur le passé et sur les objectifs initiaux de l’institution. C’est sous sa direction qu’on réorientera la mission du Musée qui sera désormais consacré exclusivement à l’art contemporain.

Une réorganisation importante du Symposium annuel, maintenant nommé « Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul » (SIACBSP), est mise en œuvre avec l’aide du Conseil des arts et des lettres du Québec. À l’instar de Françoise Labbé, Jacques Saint-Gelais Tremblay désire inscrire Baie-Saint-Paul comme un haut lieu des arts visuels au Québec, tout en conservant l’équilibre, parfois fragile, entre les artistes de la région de Charlevoix et ceux provenant de l’extérieur.

Françoise Labbé avait souhaité faire de l’École Thomas-Tremblay une École nationale en peinture et métiers d’art. Ce projet ne vit jamais le jour. Cependant, dès 2008, Jacques Saint-Gelais-Tremblay, convaincu que ce bâtiment jouxtant l’arrière du MACBSP devait être intégré au Musée, va à la rencontre des commissions scolaires de la région, des hommes et des femmes politiques, des gens d’affaires et de tous les intervenants importants, pour les convaincre du bien-fondé de l’acquisition de cette école primaire désertée. Jacques veut rendre le MACBSP encore plus significatif pour la communauté et surtout donner un toit permanent au Symposium jusque-là abrité à l’aréna municipal. Ce rêve devient réalité en 2018. Le Symposium y tient sa toute nouvelle édition sous la thématique L’Art et le Politique. L’événement est un succès autant populaire que critique. Les résidants de Baie-Saint-Paul viennent en grand nombre à l’École Thomas-Tremblay pour revoir le lieu et les classes qu’ils ont fréquentées, tout comme le directeur Jacques Saint-Gelais-Tremblay.

La Ville de Baie-Saint-Paul et sa population, le MACBSP, le Symposium et la communauté artistique du Québec sont extrêmement redevables à Jacques Saint-Gelais Tremblay pour sa vision et sa ténacité. Après treize ans à sa direction, le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul est devenu un important complexe artistique et culturel, autant pour la région de Charlevoix que pour l’ensemble du Québec.

Merci Jacques Saint-Gelais-Tremblay !