For the form in english, please click here.

 

36e Édition du Symposium international d’art contemporain de Baie Saint-Paul

L’Art & le politique

Le philosophe Bernard Stiegler énonce : « L’art est politique : l’esthétique est politique et le politique est esthétique. »Cette notion remonte à l’Antiquité[1] et demeure on ne peut plus percutante aujourd’hui. Le Symposium international d’art contemporain de 2018 fera suite au Sommet du G7, autre type de symposium, qui se sera tenu en juin, à La Malbaie à quelques kilomètres de Baie-Saint-Paul. Cette conjoncture n’est pas banale. Au G7 il aura été question, entre autres, de « faire avancer l’égalité des sexes, de lutter contre les changements climatiques et de promouvoir le respect de la diversité et de l’inclusion ».

Avec les bouleversements et les conflits armés qu’une partie de la planète subit et dont nous sommes les témoins quasi impuissants depuis la chute du mur de Berlin, les évènements de la Place Tienanmen et les attentats de septembre 2001, et plus près de chez nous le laborieux processus de réconciliation avec les nations autochtones et l’accueil des réfugiés, la donne et la dynamique politiques planétaires se sont complètement transformées. Les États-nations sont à se redéfinir, les théocraties et les régimes répressifs prennent l’avant de la scène géopolitique, l’économie globalisée et délocalisée a métamorphosé le marché de l’emploi et de la (sur)consommation, le capitalisme sauvage fait sa loi accentuant l’écart entre les riches et les pauvres, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit) suscite incertitude politique et économique pour l’Europe et pour les réfugiés. L’élection de Donald Trump aux États-Unis, avec les faits alternatifs qui sont légion et la montée des populismes font craindre le pire. Qu’arrivera-t-il de l’accord de Paris depuis que les États-Unis et ses climato sceptiques s’en sont retirés ?La radicalisation des jeunes adultes et le terrorisme frappent de plus en plus près de nous. Ce n’est plus un phénomène lointain qui ne nous touche pas. Comment appréhender un nouveau modèle sans tomber dans la paranoïa qui attise la propagande? Les artistes détiennent cette capacité à imaginer des voies de sorties à ce chaos bien réel, afin de nous faire émerger du marasme. Ils possèdent une lucidité et une intuitivité dont peu d’entre nous disposons. Pour les plus jeunes générations le cynisme ne semble plus une option. Alors que nous broyons du noir, sans minimiser la situation dans laquelle le monde se trouve actuellement, pourrions-nous, naïvement peut-être, porter « L’imagination au pouvoir ! »?

Toutes les disciplines artistiques sont les bienvenues. Voici, parmi tant d’autres, des pistes de réflexion reliées à la thématique :

  1. La censure et l’atteinte à la liberté d’expression et artistique.
  2. Les femmes utilisées comme armes de guerre….
  3. Conséquences de la destruction d’une partie du patrimoine mondial de l’humanité.
  4. Dystopies devenant réalités.
  5. Mensonges, faits alternatifs et révisionnisme historique.
  6. Réseaux sociaux, hacktivisme et art.
  7. Stopper l’édification des murs et barbelés et accueil des réfugiés.
  8. Une pratique artistique en zone de conflits.
  9. L’art peut-il vraiment changer le monde ?

Date limite pour soumettre un projet: 1er décembre 2017

N.B. : La tradition du Symposium de Baie-Saint-Paul, depuis sa création, en 1982 par la regrettée Françoise Labbé, est de faire œuvrer les artistes devant public, dans un espace commun. Bien que cette façon de travailler est inhabituelle pour la majorité des créateurs, elle suscite néanmoins des échanges féconds entre les artistes eux-mêmes, dans une dynamique collégiale, et occasionne surtout des allers-retours très riches avec le public, qui permettent de démythifier la pratique artistique. Cette approche de médiation entre la création artistique et la réception publique représente en soi un geste politique.

N.B. : Les thématiques peuvent être évoquées sans nécessairement être prises de façon littérale.

Sylvie Lacerte, Ph.D.
Directrice artistique

[1]Notamment, Le Banquet de Platon (banquet : symposion en grec et symposium en latin)

Pour soumettre votre candidature au 36e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, veuillez remplir toutes les sections requises de ce formulaire. La taille totale de vos documents ne peut pas dépasser 20 meg. La date de tombée est le 1er décembre 2017 à 23h59 pm. Une fois soumis, il n’est plus possible de modifier votre formulaire. Vous recevrez une réponse quant à votre projet par courriel au courant du mois de janvier 2018. Les frais d’inscriptions sont de 21 $CAN, payables par Paypal.

 

 

CONDITIONS DE PARTICIPATION
Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul (MACBSP) est désigné comme étant
l’organisme qui gère l’événement nommé Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

Douze dossiers seront retenus de la façon suivante : Six du Québec dont un du district fédéral
Montmorency-Charlevoix-Côte-Nord, trois du Canada, trois de l’international. Tous les projets
sont approuvés par le comité.

 

Le MACBSP s’engage à :

  • Verser un cachet de 4500 $CAN incluant les matériaux et les droits d’auteur (payable en deux
    versements).
  • Offrir l’hébergement.
  • Défrayer le transport aller-retour du lieu de résidence de l’artiste jusqu’à Baie-Saint-Paul.
  • Fournir l’aménagement de l’espace/atelier sur le site du Symposium.

 

L’ARTISTE s’engage à :

  • Être présent(e) sur le site 5 jours/semaine, soit du mercredi au dimanche de 12h à 17h et ce,
    pendant toute la durée du Symposium
  • Réaliser une oeuvre sur place et la compléter pour la fin du Symposium.
  • Interagir et échanger avec les visiteurs.
  • Participer aux activités parallèles.
  • Assurer son moyen de transport lors de son séjour à Baie-Saint-Paul.

Le comité de sélection choisira les participants en fonction de la qualité des projets et de sa
relation avec le thème de l’édition. Tout dossier jugé incomplet ne sera pas considéré.

Le MACBSP pourra acquérir une ou plusieurs oeuvres pour sa collection, moyennant une
entente avec l’artiste, soit sous forme monétaire (jusqu’à concurrence de 1000 $CAN), soit par
l’émission d’un crédit d’impôt ou encore une combinaison des deux.

Pour information
Sandra Lavoie, adjointe exécutive à la programmation et aux opérations
418-435-3681
candidatures@macbsp.com
www.symposiumbsp.com